Pages: 1 ... 7 8 9 ...10 ... 12 ...14 ...15 16 17 ... 31

08/05/13

  06:28:00 pm, by   , 775 words  
Categories: Art, Collage, Painting

Wikipedia!

Currently, I am in a game of deconstruction of the face that brings me back - once again to Picasso. I keep in my mind his weeping women, his kiss. As always, the poles beauty / coldness / acceptance vs. ugliness / expression / rejection are essential. But it is above all for me to see what potential the collage has. (for a bigger picture, click here)
Collage 171/13 is monstrous, I agree, the composition breaks, different fragments collide violently, but the image is still consistent! There are so many artists making flat, conventional and bloodless images, I won’t count among them, I hope! For example, the book of a painter that Wikipedia defines as follows: Alain Bonnefoit is today, with more than 200 solo exhibitions worldwide, one of the most famous representatives of the School of Paris, an artist of multiple talents (draftsman, painter, engraver, lithographer, sculptor) and world-renowned for the quality and sophistication of his works on his favorite theme: the female nude. He never tires of solid and slender curves that provides the female body without ever revealing its secrets and celebrates Woman, Nude, Beauty and Pleasure with such a talent that he has become the benchmark for forty years.
It's this big and heavy book, printed on thick glossy paper I received as a gift in order to make collages. And I find it hard to find the real and consistent stuff, as the forms lack character. I am obliged to make use of magazine pictures so that the collage gains some strength and vigor. Thus no. 176/13 where one can still detect traces of a painting by this artist. What amuses and saddens me a bit, is the rhetoric of the Wikipedia.fr panegyric. First, the School of Paris had its heyday with avant-garde painters (cubism), then sank into banality. Second, this way of painting the female nude has had some success with Kiesling, Van Dongen and Fujita, because there is always a touch of acidity, like a dessert made by a chef. But here the reproductions of the paintings are like marshmallows: it is soft, tasteless and vulgar. While one or two photos of his studio are usable, as the theme of creation is eternal and once again links back to Picasso, the other pictures cannot compete with any photographed nude.

Actuellement, je suis dans un jeu de déconstruction du visage qui me rapproche – une fois encore de Picasso. J’ai évidemment en tête ses femmes en pleurs, son baiser. Comme toujours, les pôles beauté/froideur/acceptation – laideur/expressivité/rejet sont incontournables. Mais il s’agit pour moi avant tout de voir ce que le collage a comme potentialités. Le collage 171/13 est monstrueux, j’en conviens, la composition éclate, les différents fragments s’entrechoquent violemment, mais l’image reste cohérente malgré tout ! Il y a tant d’artistes qui font des images plates, conventionnelles, exsangues, il ne faut pas en rajouter, à mon avis ! Pour exemple, ce livre d’un peintre que Wikipédia définit en ces termes : Alain Bonnefoit est aujourd'hui, avec plus de 200 expositions personnelles à travers le monde, un des plus illustres représentants de l’École de Paris, un artiste aux talents multiples (dessinateur, peintre, graveur, lithographe, sculpteur) et de renommée mondiale pour la qualité et le raffinement de ses œuvres sur son thème favori : le nu féminin. Il ne se lasse pas des courbes pleines et déliées que lui offre le corps féminin sans jamais dévoiler ses secrets et célèbre la Femme, le Nu, la Beauté et la Volupté avec un tel talent qu'il en est devenu la référence depuis quarante ans.
C’est ce gros livre très lourd car imprimé sur papier épais et glacé que j’ai reçu en cadeau afin de le découper. Et j’ai de la peine à y trouver de la substance, tellement les formes manquent de caractère. Je suis obligé de me servir de photos de magazine pour que le collage prenne un peu de force et de vigueur. Ainsi le no. 176/13 où on peut déceler encore des traces d’un tableau de ce peintre. Ce qui m’amuse et désole un peu, c’est la rhétorique du panégyrique de Wikipédia. D’abord, l’Ecole de Paris a eu son heure de gloire avec des peintres d’avant-garde (cubisme), puis a sombré dans la banalité. Ensuite, cette manière de peindre le nu féminin a eu quelques succès chez Kiesling, Van Dongen ou Fujita, car on y trouve une touche d’acidité, comme dans un dessert de grand chef. Par contre, les reproductions de ce peintre sont comme des marshmallows : c’est mou, c’est insipide et vulgaire. Certes, une ou deux photos d’atelier sont utilisables, car le thème de la création est éternel et ramène encore une fois vers Picasso, mais les autres images ne pourront rivaliser avec le moindre nu photographié.

 Permalink

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

26/04/13

  03:30:00 pm, by   , 675 words  
Categories: Art, Collage

The President will speak to the People

This night, I told myself that my inspiration was a little shallow and that I could well take a break for a day, probably because of my yesterday’s collage that might seem a little inconsistent. And then this morning, falling on a photo showing people preparing President Mitterrand for a TV show, I felt that there was a great expressive and narrative potential. I first "disfigured" Mr. M. to make a more general character. I kept the leaning person (left), but changing its face, thus bringing the image of servile courtier as in the portrait of Paul III by Titian. The figure on the right has been extensively modified and expanded, featuring him, giving him the role of chief manipulator. One is dressed in dark and the other one light and the character in the middle in gray - I love this triad. I also like the game of faces and hands, especially the ruptures and the shallow space, which reinforces the presence of the characters as in the Beaune altarpiece that I love so much. As for the message, it seems obvious to me and reminds me of the novels of Philip K. Dick and the political figures who are actually dummies. But another idea arises at the moment: I think what one would have wanted me to be and how I refused the role that was meant for me. Of course, playing it, means to be served by others, supported, cocooned, but one becomes a sham, and loses one’s substance. It can be seen in the character of the president: his face is inconsistent in its architecture and in its expression half nice half fierce, he needs to compose a mask in order to appear on the screen. In another recent collage, I wondered about the beauty of a dictator, because for me, it cannot be, it is only their powers of persuasion and illusion that make them seem like they wish to be seen.


for a bigger picture, click here.

Cette nuit, je me suis dit que mon inspiration était un peu en berne et que je pouvais bien faire une pause d’un jour, sans doute à cause de mon collage d’hier qui pourrait sembler un peu incohérent. Et voilà que ce matin, en tombant sur une photo montrant des gens de télévision préparant le président Mitterrand pour une émission, j’ai senti qu’il y avait là un grand potentiel expressif et narratif. J’ai tout d’abord « défiguré » M. pour rendre le personnage plus général. J’ai conservé le personnage penché à gauche, mais en changeant son visage, le rapprochant ainsi le l’image du courtisant servile dans le portrait de Paul III du Titien. Le personnage à droite a été largement modifié et amplifié, le mettant en vedette, lui donnant le rôle de manipulateur en chef. L’un est habillé en sombre, l’autre en clair et au milieu le personnage en gris – j’aime ce triple accord. J’aime également le jeu des visages et des mains, les décrochages et surtout l’impression de peu de profondeur, ce qui renforce la présence des personnages comme dans le retable de Beaune que j’aime tant. Quant au message, il me semble évident et me rappelle les romans de Philip K. Dick et ses personnages politiques qui sont en fait des simulacres. Mais une autre idée surgit à l’instant : je pense à ce que l’on aurait voulu que je devienne et à quel point j’ai refusé le rôle qu’on m’avait destiné. Bien sûr, en le jouant, on est bien servi par autrui, soutenu, cocolé, mais on devient alors un simulacre, on y perd sa substance. On le voit dans le personnage du président : son visage est incohérent dans son architecture et dans son expression mi gentille mi féroce, il a besoin de se composer un masque pour pouvoir apparaître à l’écran. Dans un autre collage récent, je me suis interrogé sur la possible beauté d’un dictateur, car pour moi, il ne peut y en avoir, ce n’est que leur pouvoir de persuasion et d’illusion qui le font paraître tels qu’ils voudraient être vus.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

10/04/13

  05:37:00 pm, by   , 780 words  
Categories: Art, Collage

An apocalyptic collage

A friend gave me a catalog of Icelandic artist Erró I started to tear up. I know this artist for a long time, I never liked his accumulations, but I think I better understand their principle today. It is a game between the surface and objects, such as in weaving. Forms appear on the surface and plunge in the background. The theme of fish seems best suited to this kind of game that resembles Escher’s mutations.
What interested me in this picture is the appearance of a huge garbage dump, theme related to what we see of our planet dump on tv. And this image of tenderness in the absolute poverty of its two faces disfigured by acid. I wanted to show the fragility of these two beings by putting the group on shaky legs. Meanwhile, I remembered a very old collage and painting of mine which was called The Ship of Fools, and I made sure to evoke a shipwreck on a backdrop of war and desolation. So much for the story. At the formal level, it’s the tangle of shapes that attracted me. And I had the feeling of having there an important collage for me, both for the subject and form. I usually try to clarify the forms despite deformation. Here, it becomes a puzzle whose pieces are poorly defined as they are fragmentary. I wanted to get away from the subject of the painting while maintaining the underlying principle of composition. I do not know if I really want to do a lot of collages like this, but the idea of exploring a little further this technique with other collages, perhaps less ambitious in terms of content, twirling abstraction, is tempting me. Remains the question why this chaos attracts me and satisfies me. Is it the sadistic joy to distribute the pieces of paper on the sheet as I want, without worrying much of the likelihood? Or undo the work of another artist and make it my own? Or is it due to the memories of war and destruction of my childhood? Or the sadness to see so much misery on our screens and in magazines? Or does it come from watching season 3 of The game of Thrones?

And if it was all that together?


click for a bigger picture

Un collage apocalyptique
Une amie m’a offert un catalogue du peintre islandais Erró que je me suis à dépecer. Je connais ce peintre depuis longtemps, je n’ai jamais beaucoup aimé ses accumulations, mais il me semble que je les comprends mieux leur principe aujourd’hui. Il s’agit d’un jeu entre la surface et les objets, comme dans un tissage. Les formes apparaissent à la surface et replongent dans le fond. C’est le thème des poissons qui me semble le mieux adapté à ce genre de jeu qui ressemble aux mutations d’Escher.
Ce qui m’a intéressé dans cette image, c’est l’apparence d’une immense décharge à ordures, thème relié à ce que nous voyons de notre planète dépotoir à la tv. Et cette image de tendresse dans la misère absolue de ses deux visages défigurés par un jet d’acide. J’ai voulu montrer la fragilité de ces êtres en posant le groupe sur des jambes fragiles. Parallèlement, je me suis souvenu d’un très ancien collage et tableau à moi qui s’appelait : La Nef des Fous, et j’ai fait en sorte d’évoquer un naufrage sur fond de guerre et de désolation. Voilà pour l’anecdote. Au niveau formel, c’est l’enchevêtrement des formes qui m’a séduit. Et j’ai eu le sentiment d’avoir là un collage important pour moi, tant pour le sujet que pour la forme. D’habitude, j’essaie de clarifier les formes malgré les déformations. Ici, cela devient un puzzle dont les pièces sont mal délimitées car fragmentaires. J’ai voulu cela pour m’éloigner du sujet du tableau tout en maintenant le principe de composition. Je ne sais pas si j’ai vraiment envie de faire beaucoup de collages de ce genre, mais l’idée d’explorer un peu plus avant cette technique avec d’autres collages, peut-être moins ambitieux au niveau du contenu, en frisant l’abstraction, me tente. Reste à savoir pourquoi ce chaos m’attire et me satisfait. Est-ce la joie sadique de pouvoir distribuer les bouts de papier sur la feuille comme bon me semble, sans me préoccuper beaucoup de la vraisemblance ? Ou celle de défaire l’œuvre d’un autre artiste et d’en faire la mienne ? Ou est-ce dû aux souvenirs de guerre et de destruction de ma petite enfance ? Ou encore la tristesse de voir tant de misère sur nos écrans et dans les magazines ? Ou encore de regarder la saison 3 de The Game of Thrones en v.o.?

Et si c’était tout cela à la fois ?

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

29/03/13

  09:37:00 am, by   , 386 words  
Categories: Art, Collage

DESK SHOTS

For a week now, I take a photo of my desk every day. What interests me is how inspiration works. Often two unfinished collages coexist and often one of the two is abandoned. This is a mixing desk, an experimentation place and a meeting spot. And in fact that creative magma delights me and makes me despair sometimes I must admit. But, so far I'm doing pretty well, it seems to me, and I intend to continue to document my "desks". One thing that concerns me at the moment is the interaction between of full and hollow in a face, as in the collages of 24 and 27 March. I feel that there is something to explore that brings me closer to Dali’s games with form and background. I feel I can manage to create two simultaneous points of view inducing an oscillation in the picture - or rather in reading the forms - I search forever. This ambiguity of the face is surely fundamental to me, is it due to my background or my childhood experiences with the world of adults and other children who were bullying me?

Depuis une semaine, je prends une photo de ma table de collage jour après jour. Ce qui m’intéresse, c’est comment l’inspiration fonctionne. Souvent, deux collages inachevés se côtoient et souvent, l’un des deux est abandonné. C’est donc une table de mixage, d’expérimentation, un lieu de rencontre. Et c’est en fait ce magma créatif qui m’enchante et qui me désespère parfois aussi, il faut bien l’admettre. Mais enfin, jusqu’ici, je m’en tire plutôt bien, il me semble, et je compte bien continuer à documenter mes « desks ». Une chose qui me préoccupe en ce moment, c’est le jeu des pleins et des creux dans un visage, comme dans le collage du 24 et du 27 mars. Je sens qu’il y a là quelque chose à explorer qui me rapproche d’ailleurs des jeux de Dali avec la forme et le fond. J’ai l’impression de pouvoir arriver à créer deux points de vue simultanés induisant une oscillation dans l’image – ou plutôt dans la lecture des formes – que je recherche depuis toujours. Cette ambiguïté du visage est sûrement fondamentale chez moi, est-elle due à mes origines ou à mes expériences d’enfant face au monde des adultes et des autres enfants qui n’avaient de cesse de me malmener parfois ?

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

10/03/13

  05:58:00 pm, by   , 648 words  
Categories: Art, Collage

Torn papers softness

I made several collages using torn paper. Curiously, the effect is the reverse of the gesture. In fact, it softens breaks, makes transitions slippery. Is it the sfumato of collage? In my collage Triangular Relationship, the face on the left side has a pictorial quality remembering the masters of the seventeenth century, even though I a little gummed some asperities in PS. The light illuminates the face in the way of Caravaggio, quite pictorially. 10 years ago, I forbade myself this kind of effect, deeming it too close to my painting. Since I am so far from it now, I can be "painterly" in some parts. Regarding this collage, I found it very sweet, with a downward movement as in mournings. An amusing detail and hardly detectable, is the fact that the second character is a woman. So what does this blonde in a contrapposto? She is manipulated, for sure. But the exact nature of this action remains mysterious, including to myself. The violence of this group is balanced by the serenity of the man who smiles sadly and makes a gesture of touch. Without doubt this is a compassionate witness. Like me, except that am only indirectly, through news images. Do my collages have the value of appeasement? I hope so. Because I do not think that I absolutely need to make collages to live well. It is as if I had to do something about these printed pictures, assemble and recompose them to prepare a more palatable menu. Because the picture is gross, even if the photographer chooses the subject and the context and makes retouching. But collage asserts the supremacy of the artist on the image, even if it escapes in the end; he imposes his will, his style. Mine, it is unlikely associations, the game, with references to other artists - also rather vintage ones – continuing on a very small scale, the inventions of the stunning Baroque painters.

for a bigger picture, click here.

J’ai fait plusieurs collages utilisant les papiers déchirés. Curieusement, l’effet est l’inverse du geste. En fait, ça adoucit les ruptures, fait des transitions glissantes. Le sfumato du collage ? Dans mon collage Triangular relationship, le visage à gauche du collage a une qualité picturale me rappelant les maîtres du XVIIe s, même si j’ai un peu gommé les aspérités dans PS. La lumière éclaire ce visage de manière caravagesque, de manière picturale. Il y a 10 ans, je m’interdisais ce genre d’effet, le jugeant trop proche de ma peinture. Depuis, je me suis tellement éloigné de celle-ci que je peux être « pictural » dans certaines parties. Pour ce qui concerne ce collage, je le trouve d’une grande douceur, avec un mouvement descendant comme dans des lamentations. Un détail amusant et guère décelable, est le fait que le 2e personnage est une femme. Que fait alors cette blonde en contrapposto? Elle est manipulée, c’est certain. Mais la nature exacte de ce geste reste mystérieuse, y compris à moi-même. La violence de ce groupe est balancée par la sérénité de l’homme, qui sourit tristement et qui fait un geste d’effleurement. Sans doute est-ce un témoin compatissant. Comme moi, sauf que le suis indirectement seulement, à travers les images d’actualité. Mes collages ont-ils valeur d’apaisement ? Je l’espère. Car je ne pense pas que j’aie absolument besoin d’en faire pour pouvoir bien vivre. C’est comme si je devais faire quelque chose de ces images imprimées, les assembler et les recomposer pour préparer un menu plus digeste. Car la photo est brute, même si le photographe choisit le sujet et le cadre et fait de la retouche. Mais le collage affirme la suprématie de l’artiste sur l’image, même si elle lui échappe in fine, il lui impose sa volonté, son style. Le mien, c’est les associations improbables, le jeu, avec des références à d’autres artistes – plutôt anciens d’ailleurs – en continuant, à très petite échelle, les inventions époustouflantes des peintres baroques.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

15/02/13

  10:27:00 am, by   , 990 words  
Categories: Art, Collage

Three moments of making the collage The Bride

I started by sticking a skull (the scarf of young French soldier in Mali) on a young woman who takes care of her lace work. I am interested in the contrast between the frightening head and the sacrificial lamb. This is the idea of a sadistic Creator who manipulates his puppet. I have already shown that in other collages, I think. But it only lasts a minute. I see the image of the female body’s bouncing breasts, a young fake blonde involved in a prostitution scandal with minors (Zahia). This photo highlighting the charms of this bimbo is completely hypocritical to the subject of the article. The setting shows in a barbiesque way soft colors. I think the death groping the living, as in Baldung Grien, where death holds a naked curvaceous woman from behind. The painting displays a torrid eroticism through transgression of the moralizing subject as does the magazine VSD and many religious paintings . I glue its erotic body below the skull. It is the synthesis of the Grien’s image! But the eye area does not convince me much, it is not expressive enough! I find an old face that goes à merveille. There we are! It is a mixture of attraction and repulsion. And now a bridal veil on her head and it is the title of the collage. Finally, I decide how I will finish the left arm: the gesture to manipulate the original lamb condenses in the threateningly clenched fist. As ironic counterpoint, I put a Barbie head in the foreground, in the laces. I hesitate a little, is it not too much? No, it is not clear enough! She needs a body. Kokoschka gives me exactly what I need. That's it! The collage is finished.
What I like in this collage is the sly expression, the seduction of death, with that great toothy smile without lips. And the ambiguity of the body: is the bride half-human, half-artifact or is it an effect of the collision of planes? Could the lower half of the body be a toad (green paw) in a lace dress? Barbie in the foreground suffers the opposite fate: laces have replaced her torso and the lower body is there. Is it the promise of a girl knitted on measure as in the MAP? The more I look the collage, the more it escapes me. And what if it was connected to my own story? I think about my stay at a colony for children in Bavaria, at the age of 5, with cruel Dutch protestant nuns, where I was helpless. Or is it rather memories of scary fairy tales? Probably both. How ingredients combine this collage is not escapes my investigation. I contemplate the work and feel resonate in me a lot of strings, I hear a melody I know some themes of, but which remains mysterious about its attractiveness to me.


for a bigger picture, click here.

J’ai commencé par coller une tête de mort (celle du foulard du jeune soldat français au Mali) sur une jeune femme qui s’occupe de ses travaux de crochet. Je suis intéressé par le contraste entre cette tête effrayante et l’agneau du sacrifice. C’est l’idée du Créateur sadique qui manipule sa marionnette. Je l’ai déjà illustré dans d’autres collages, il me semble. Mais cela ne dure qu’une minute. Je vois l’image de ce corps féminin aux seins rebondis, une jeune fausse blonde impliquée dans un scandale de prostitution de mineures (Zahia). Cette photo mettant en relief les charmes de cette bimbo est parfaitement hypocrite par rapport au sujet de l’article. Elle la montre dans un environnement barbiesque, aux couleurs tendres. Je pense à la mort saisissant le vif, comme chez Baldung Grien, où la mort saisit par derrière une femme nue aux formes épanouies. Le tableau est d’un érotisme torride grâce à la transgression du message moralisateur tout comme le fait le magazine VSD ainsi que de nombreux tableaux religieux. Je colle donc ce corps érotique sous la tête de mort. C’est la synthèse de l’image de Grien ! Mais la région des yeux ne me convainc guère, elle n’est pas assez expressive! Je trouve un visage de vieillard qui va à merveille.Ca y est ! C’est un mélange d’attraction-répulsion. Encore un voile nuptial sur la tête et voici le titre du collage. Enfin, je décide de quelle manière je vais finir le bras gauche : le geste initial de manipuler le petit agneau se condense dans le poing crispé, menaçant. Comme contrepoint ironique, je place une tête de Barbie au premier plan, dans les ouvrages. J’hésite un peu : n’est-ce pas de trop ? Non, ce n’est pas assez clair ! Il lui faut un corps. Chez Kokoschka il y a ce qu’il me faut. Ca y est ! Le collage est terminé.
Ce que j’aime dans ce collage, c’est le côté narquois, séducteur de la mort, avec ce grand sourire à pleines dents, sans bouche. Et puis, l’ambiguïté des corps : la fiancée est-elle mi-humaine mi-artefact ou n’est-ce qu’un effet de collision des plans ? La moitié inférieure du corps serait-elle un crapaud (la patte verte) en habit de dentelle ? La Barbie au premier plan a subi le sort inverse : des dentelles ont remplacé son buste et le bas du corps est là. Est-ce la promesse d’une fille tricotée sur mesure comme dans la PMA ? Plus je regarde le collage, plus il m’échappe. Et s’il était relié à ma propre histoire ? Je pense à mon séjour dans une colonie pour enfants en Bavière, à 5 ans, avec des religieuses hollandaises cruelles, où je me trouvais sans défense. Ou plutôt à des souvenirs de contes de fées effrayants ? Probablement les deux à la fois. La manière dont les ingrédients de ce collage se combinent ne se livre pas à mon investigation. Je contemple l’œuvre et sens résonner en moi des tas de cordes, j’entends comme une mélodie dont je connais certains thèmes, mais qui reste mystérieuse quant à son pouvoir de séduction sur moi.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

11/02/13

  05:16:00 pm, by   , 486 words  
Categories: Art, Collage

When the picture speaks to me


for a bigger picture, click here.

A strange collage: a slumped man, with disproportionate hands in front of his head – the right one right in some flames, the left, which is smaller, holding a newspaper. The man, whose head is black and white, has a lion's mane, as a b&w negative, it is on a throne or pedestal that is placed on an agitated floor that seems to evade.
My first association was a creator God sadly contemplating the folly of the world that continues to be perpetuated (women with babies on the lower side when seen upside down). The second was a hangover, thinking that the two hands do not belong to the same person. It is in any case an image of generation and destruction that instilled in me a feeling of great sadness.
To contemplate my collages, I often put them on the floor, I think doing so of the haloed head of a saint burning a newspaper. And then I see the invitation to get out of the anecdotal, to concentrate on the essentials. And now I see the mouth of the character which seems closed by some mechanism: yes, work on still images is a silent work and in order to advance in the work, I must burn what was created earlier, if not I may repeat myself, to become stereotyped. It would, therefore, ultimately, be a self-portrait, a moment where the work contemplates its creator and offers him its view as a mirror.

Un collage étrange : Un homme affalé, les mains disproportionnées devant sa tête – la droite dans des flammes, la gauche, plus petite tenant un journal. L’homme, dont la tête est en noir et blanc, a une crinière de lion, en négatif nb, il se tient sur une espère de trône, piédestal qui est posé sur un sol agité qui semble se dérober.
Ma première association a été un Dieu créateur contemplant mélancoliquement la folie du monde qui continue à se perpétuer (les femmes accouchées de la partie inférieure retournée). La seconde a été une gueule de bois, en pensant que les 2 mains n’appartiennent pas à la même personne. C’est en tout cas une image de génération et de destruction qui fait naître en moi un sentiment de grande tristesse.
Pour contempler mes collages, je les pose souvent par terre, en le faisant je songe à une tête de saint auréolée en train de brûler le journal. Et là j’y vois l’invitation à me sortir de l’anecdotique, à me concentrer sur l’essentiel. La bouche du personnage qui semble fermée par quelque mécanisme : oui, le travail sur les images fixes est un travail muet et pour avancer dans l’œuvre, il faut brûler ce qui a été créé précédemment, sinon je risque de me répéter, de devenir stéréotypé. Il s’agirait donc, en fin de compte, d’un autoportrait, d’un moment où l’œuvre contemple son créateur et lui offre son regard en miroir.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

03/02/13

  05:37:00 pm, by   , 715 words  
Categories: Art, Collage

Cold song

Today I did a close up of a character who is freezing. I think it is quite successful!
I continue to believe that I have no objective style. My sole purpose is to present my daily collage, even in a hurry when I have little time available. I think more of Roman Opalka’s process, who painted his figures day after day, without missing one. I love this rigor, while I am less interested in its temporal logic, the visualization of passing time, by diluting his painting as Opalka did. Since I wrote about the "duty" to create a freely chosen obligation, I installed this constraint that ousted any other consideration, whether in style or diffusion. The key is to perform this rite. When the Mass is over, I can move on to the remaining day, till overnight. What a routine. Except that, unlike a mass, which is immutable, each work is personal. It would be better if I used the term daily log, as if I was taking my pulse every day, or rather the pulse of the world, trying to be permeable to the beat I thinkI can perceive. Of course there are traces of my own story. But they do not tell much from what I've collaged. Eg. I do not like the cold. I have memories that I was so frozen that I had to run a hot bath to warm up. It was because I went to school by bicycle, even in winter, and the clothing of that time were not protective. So I have experienced the sensation of cold, but my collage has a humorous note especially now that I am well wrapped and don’t feel cold any more. It is more related to Purcell’s Cold Song, to Arcimboldo, the novel I'm reading (Gao Xingjian, Soul Mountain, which is related to callage and also evokes moments of extreme cold), in short, to my imagination. It's as if I was at the convergence of images that I endeavor to translate as well as I can.


for the bigger picture, click here.

Aujourd’hui, j’ai fait un gros plan sur un personnage qui a froid. Je crois qu’il est assez réussi !
Ce que je continue à croire, c’est que je n’ai aucun objectif stylistique. Mon unique but actuel est de faire mon collage quotidien, quitte à le faire à la sauvette quand je n’ai que peu de temps à disposition. Je pense de plus en plus à la démarche de Roman Opalka, qui peignait son chiffre jour après jour, sans en manquer un seul. J’aime cette rigueur, alors que je suis moins intéressé par sa logique temporelle, la visualisation du temps qui passe, en diluant sa peinture comme Opalka l’a fait. Depuis que j’ai écrit sur le « devoir » de créer, l’obligation choisie librement, je me suis installé dans cette contrainte qui a évincé toute autre considération, qu’elle soit stylistique ou au niveau de la diffusion. L’essentiel est d’accomplir ce rite. Quand la messe est dite, je peux passer à autre chose, pour la journée restante, jusqu’au lendemain. Une routine quoi. Sauf que, contrairement à la messe, qui est immuable, chaque œuvre est personnelle. Il vaudrait mieux d’ailleurs que j’utilise le terme de notation quotidienne, comme si je prenais mon pouls chaque jour, ou plutôt le pouls du monde, en essayant d’être perméable aux battements que je crois percevoir. Bien sûr qu’il y a des traces de ma propre histoire. Mais elles ne racontent pas grand-chose par rapport ce que j’ai rapiécé. Par ex. je n’aime pas le froid. J’ai des souvenirs où j’ai été tellement glacé que j’ai dû me couler un bain chaud pour me réchauffer. C’était parce que j’allais à l’école à vélo, même en plein hiver et que les vêtements de l’époque étaient peu protecteurs. J’ai donc l’expérience du froid, mais mon collage a une note humoristique surtout que dorénavant je suis bien emmitouflé et n’ai guère froid. Il est davantage relié au Cold Song de Purcell, à Arcimboldo, au roman que je suis en train de lire (Gao Xingjian, la montagne de l’âme qui procède aussi par collage et qui évoque des moments de froid extrême), bref, à mon imaginaire. C’est comme si je me trouvais à la convergence d’images que j’efforce de traduire aussi bien que le peux.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

14/01/13

  03:13:00 pm, by   , 1225 words  
Categories: Art, Collage

A penetrating commentary on my collage making

André Matrat (http://www.uncorps7merveilles.fr/)mailed me a very penetrating commentary which I publish here with his permission:
With Berni we feel so many things in this blog that doubles as a flowering of photos. In this (but I'm afraid of being too schematic) it seems to me that this "second" monster you started to feed a year ago is like a return to reality: to enjoy the pleasure of a present that is to be seen.

But there is another more real secret (again without wanting to ramble on our "prehistory"), which appears only by the methodical collage making. He does never start "from a concept, but from images" (7 / 01/13). I noted the 06/01/12 this crucial issue and his response: "And you, Berni, who are more often in the tumult in the quiet why are you so agitated works? Because it is the mirror the world and it's my job to polish it every day. "I feel more like the mirror of a world in which" you oscillate between the beautiful and the monstrous "(5/23/12). This world emotions and affect (see "the gesture of the mother caressing with the back of her hand" (7/30/12) or "the monster in me" (12/07 /) is not fundamentally narcissistic (17 / 10/12). because it always takes us beyond what we think or believe to be.The Buddhists thought is in this sense profoundly right: the ego is an illusion.One captures through the images moments (not instants) in the sense of physical time as singularities which exert forces absolutely beyond us: 24/10/12 secret areas "which revives the unspeakable Jewish wisdom" 18/11/12 or "light coming from behind"after the Haneke movie.

We can appreciate the difficulty of seeing if there are constants: what is the relationship between these collages 2/12/12). As there isn’t any answer, there’s only one solution: make as spontaneously as possible. I associate (professional deformation!) with this the definition of freedom by Sartre: Make something that one (= our prehistory, history, the others ...) has made of us . And that luminous sentence (21 / 11/12) "My youth is now." Remains a naive problem I stumble-upon which my ignorance concerning collages: why is it necessary to tear into pieces the pictures in order to reconstruct them?

Me, answering the last question:
In fact, I always practiced a void inside, inspired by Zen artists, which I also imitate in the rapidity of execution (otherwise the vacuum would fill up). For me, it is to be in maximum availability. There was this TV series featuring very special agents who received a call saying: "Open Channel D" - and I always said this to my students - D = availability (disponibilité in French) or "awareness." The paradox is that I always start with a full image that I partially overlap more or less, extremely rarely with fragments (tesserae). It is not so much destruction as a variation on a theme in the musical sense. My own themes arise in contact with this image. If I was still painting, I would have to do something blind (as Zen monks) to start. But this gesture is poor compared to the wealth of images that I find in magazines. I have to feed my voracious imagination with lots of images otherwise it becomes anemic or routine. I'm a variator, not an inventor ex nihilo (if that exist). And I always wanted to create in me the shock of rapture before an unknown, surprising work. It is tricking myself.
André, you do understand better than myself what I mean by that. I feel like that in any case, not as a sadistic act, but as a regeneration of the original image (without wanting to pretend to be a healer like Beuys).

With all my gratitude and admiration,
Berni


for a bigger picture, click here.

André Matrat (http://www.uncorps7merveilles.fr/) m’a envoyé un commentaire extrêmement pertinant que je publie ici avec sa permission.
Avec Berni on sent tant de choses dans ce blog qui se double d'une floraison de photos. A ce propos (mais je crains d'être bien trop schématique)il me semble que ce " deuxième monstre" que tu as commencé à nourrir il ya un an est comme un retour au réel : pour savourer le plaisir d'un présent qui se donne à voir.

Mais il existe un autre réel bien plus secret (sans vouloir de nouveau radoter sur notre "préhistoire") qui ne se montre que par ce travail méthodique des collages .Il ne part "jamais d' un concept, mais d'images"( 7/01/13). J'avais relevé le 1/06/12 cette question essentielle et sa réponse:" Et toi, Berni, qui es plus souvent dans le tumulte que dans la quiétude pourquoi fais-tu des oeuvres si agitées? Parce que c'est le miroir du monde et que c'est mon job de le polir jour après jour".Je le sens plutôt comme le miroir d'un monde dans lequel "tu oscilles entre le beau et le monstrueux"(23/05/12).Ce monde d'émotions et d'affects (cf "le geste de la mère caressant du revers de la main"( 30/07/12)ou "le monstre en moi"(12/07/)n'est pas fondamentalement narcissique (17/10/12). Car il nous emmène toujours au-delà de ce que nous pensons ou croyons être. La pensée bouddhiste en ce sens est profondément juste: le moi est une illusion. On saisit ainsi au travers de ces images des moments(non des instants)au sens de la physique comme des singularités de temps où s'exercent des forces qui nous dépassent absolument: zones secrètes 24/10/12 encore "l'indicible qui renoue avec la sagesse juive" 18/11/12 ou "lumière venue du fond"après le film de Haneke.

On comprend alors la difficulté de voir s 'il y a des constantes: quel est le lien entre ces collages 2/12 /12).A défaut de réponse la seule solution: en faire le plus spontanémént possible. J'associe (déformation professionnelle!)avec cette définition de la liberté chez Sartre: Faire quelque chose de ce que l'on (= notre préhistoire notre histoire, les autres...)a fait de nous.Et cette phrase lumineuse (21/11/12)" ma jeunesse c'est maintenant".Reste un problème-naïf- sur lequel bute mon ignorance qui concerne les collages:pourquoi faut-il mettre en pièces les images pour les reconstruire?

Moi en réponse à la dernière question:
En fait, j'ai toujours pratiqué le vide intérieur pour créer, inspiré des artistes zen, dont j'imite également la rapidité d'exécution (autrement le vide se remplirait). Pour moi, c'est être en disponibilité maximum. Il y avait ce feuilleton US des agents très spéciaux qui recevaient un appel disant: "Ouvrez le canal D" - et j'ai toujours dit cela à mes étudiants - D = disponibilité ou "awareness". Le paradoxe est que je pars toujours d'une image entière que je recouvre partiellement, plus ou moins, rarement de fragments (tesserae). Ce n'est donc pas tant une destruction qu'une variation sur un thème au sens musical. Mes propres thèmes surgissent au contact de cette image. Si je faisais encore de la peinture, je serais obligé de faire un geste aveugle (comme les moines zen) pour démarrer. Mais ce geste serait pauvre par rapport à la richesse des images que je trouve dans les magazines. Je dois nourrir mon imaginaire vorace avec plein d'images sinon il devient anémique ou routinier. Je suis donc un variateur, pas un inventeur ex nihilo (si cela peut exister). Et j'ai toujours voulu créer en moi le choc du ravissement devant une œuvre inconnue, surprenante. C'est une ruse envers moi-même. André, tu comprendras mieux que moi-même ce que je veux dire par là. Je le sens en tout cas comme cela, pas comme un geste sadique, mais comme un régénération de l'image originelle (sans vouloir me prétendre guérisseur comme Beuys).

Avec toute ma gratitude et mon admiration.
Berni

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

07/01/13

  09:29:00 am, by   , 586 words  
Categories: Art, Collage

Stereotype or hasard?

After visiting the exhibition Yue Minjun, in Paris, I tried to use Chinese propaganda posters in order to divert them. I quickly realized that I could not. Why? Minjun's paintings are, in my opinion, the most political and pickling I know, because of the character's radiant smile and the sober treatment, in the manner of American pop art. This is the reversal of these posters into their opposite. It is very effective and quite admirable. This is what interests me.

But I found the material too restrictive, too monotonous. It is also trying to escape the stereotype that Minjun recently ventured into the real "painting" and is faced with the difficulty of truly innovating compared to L.Freud or F.Bacon eg. For me, the success of his "smiling" paintings is just a formula, a brand that it is almost impossible to escape. That's why I felt uncomfortable using these images. I do not want to be locked into a process repeated endlessly, even if it is with talent. Because I work from `images that I found in magazines and not from a concept. Thus, during my stay in Paris, I used a pair of scissors, a glue stick and 2-3 magazines purchased locally. And I just used scissors, preferring to tear the images. My only purchase was a portfolio to be able to repatriate my collages without destroying them. And instead of copying, I took pictures that I arranged on my Ipad. My Parisian collages are they less good than those I do at home with more material? No. I find that I remain faithful to my way of building an image, with the element of chance with which I try to play.

Après la visite de l’expo Yue Minjun, à Paris, j’ai essayé d’utiliser des affiches de propagande chinoise dans le but de les détourner. J’ai très vite compris que j’en étais incapable. Pourquoi ? Les peintures de Minjun sont, à mon avis, les plus politiques et décapantes que je connaisse, à cause du sourire radieux du personnage et du traitement sobre, à la manière du pop art américain. Il s’agit du retournement de ces affiches en leur contraire. C’est très efficace et tout à fait admirable. C’est ce qui m’intéresse.
Mais j’ai trouvé le matériau trop contraignant, trop monotone. C’est d’ailleurs en essayant d’échapper à cette stéréotypie que Minjun s’aventure depuis peu dans la vraie « peinture » et se trouve confronté à la difficulté de vraiment innover par rapport à L.Freud ou F.Bacon par ex. Pour moi, la réussite de ses peintures « souriantes » tient justement à une formule, une marque dont il est quasi impossible de s’échapper. Voilà pourquoi j’ai éprouvé un malaise en utilisant ces images. Je ne veux pas être prisonnier d’un procédé inlassablement répété, même si c’est avec talent. Parce que je travaille à partir d` images que je trouve dans les magazines et non pas à partir d’un concept. Ainsi, durant mon séjour parisien, j’ai utilisé une paire de ciseaux, un bâton de colle et 2-3 magazines achetés sur place. Et j’ai peu utilisé les ciseaux, préférant déchirer les images. Mon seul achat vraiment pro a été un carton à dessins pour pouvoir rapatrier mes collages sans les détruire. Et au lieu de les photocopier, j’ai pris des photos que j’ai arrangées sur mon Ipad. Mes collages parisiens sont-ils inférieurs à ceux que je fais chez moi avec davantage de matériel ? Nullement. J’en conclus que je reste fidèle à ma manière de construire une image, avec la part de hasard avec laquelle j’essaie de jouer.

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

1 ... 7 8 9 ...10 ... 12 ...14 ...15 16 17 ... 31

October 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
 << <   > >>
Blog on art, centered on collage. It is meant as a sort of logbook of my creative work.

Search

  XML Feeds

powered by b2evolution