« A penetrating commentary on my collage makingA collage which is a mystery to me »

Stereotype or hasard?

07/01/13

  09:29:00 am, by   , 586 words  
Categories: Art, Collage

Stereotype or hasard?

After visiting the exhibition Yue Minjun, in Paris, I tried to use Chinese propaganda posters in order to divert them. I quickly realized that I could not. Why? Minjun's paintings are, in my opinion, the most political and pickling I know, because of the character's radiant smile and the sober treatment, in the manner of American pop art. This is the reversal of these posters into their opposite. It is very effective and quite admirable. This is what interests me.

But I found the material too restrictive, too monotonous. It is also trying to escape the stereotype that Minjun recently ventured into the real "painting" and is faced with the difficulty of truly innovating compared to L.Freud or F.Bacon eg. For me, the success of his "smiling" paintings is just a formula, a brand that it is almost impossible to escape. That's why I felt uncomfortable using these images. I do not want to be locked into a process repeated endlessly, even if it is with talent. Because I work from `images that I found in magazines and not from a concept. Thus, during my stay in Paris, I used a pair of scissors, a glue stick and 2-3 magazines purchased locally. And I just used scissors, preferring to tear the images. My only purchase was a portfolio to be able to repatriate my collages without destroying them. And instead of copying, I took pictures that I arranged on my Ipad. My Parisian collages are they less good than those I do at home with more material? No. I find that I remain faithful to my way of building an image, with the element of chance with which I try to play.

Après la visite de l’expo Yue Minjun, à Paris, j’ai essayé d’utiliser des affiches de propagande chinoise dans le but de les détourner. J’ai très vite compris que j’en étais incapable. Pourquoi ? Les peintures de Minjun sont, à mon avis, les plus politiques et décapantes que je connaisse, à cause du sourire radieux du personnage et du traitement sobre, à la manière du pop art américain. Il s’agit du retournement de ces affiches en leur contraire. C’est très efficace et tout à fait admirable. C’est ce qui m’intéresse.
Mais j’ai trouvé le matériau trop contraignant, trop monotone. C’est d’ailleurs en essayant d’échapper à cette stéréotypie que Minjun s’aventure depuis peu dans la vraie « peinture » et se trouve confronté à la difficulté de vraiment innover par rapport à L.Freud ou F.Bacon par ex. Pour moi, la réussite de ses peintures « souriantes » tient justement à une formule, une marque dont il est quasi impossible de s’échapper. Voilà pourquoi j’ai éprouvé un malaise en utilisant ces images. Je ne veux pas être prisonnier d’un procédé inlassablement répété, même si c’est avec talent. Parce que je travaille à partir d` images que je trouve dans les magazines et non pas à partir d’un concept. Ainsi, durant mon séjour parisien, j’ai utilisé une paire de ciseaux, un bâton de colle et 2-3 magazines achetés sur place. Et j’ai peu utilisé les ciseaux, préférant déchirer les images. Mon seul achat vraiment pro a été un carton à dessins pour pouvoir rapatrier mes collages sans les détruire. Et au lieu de les photocopier, j’ai pris des photos que j’ai arrangées sur mon Ipad. Mes collages parisiens sont-ils inférieurs à ceux que je fais chez moi avec davantage de matériel ? Nullement. J’en conclus que je reste fidèle à ma manière de construire une image, avec la part de hasard avec laquelle j’essaie de jouer.

 Permalink

You must be logged in to see the comments. Log in now!


Form is loading...

November 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
 << <   > >>
Blog on art, centered on collage. It is meant as a sort of logbook of my creative work.

Search

  XML Feeds

powered by b2evolution